Accueil > Français > Amérique latine et Caraïbes > MEXIQUE - Caracol en résistance “Hacia un nuevo amanecer” : Discours zapatiste (...)

MEXIQUE - Caracol en résistance “Hacia un nuevo amanecer” : Discours zapatiste du 31 décembre 2005 (enlacezapatista)

samedi 7 janvier 2006, mis en ligne par Dial

Caracol en résistance “Hacia un nuevo amanecer”

Assemblée de Bon Gouvernement “El camino del futuro”

Chiapas, Mexique

Le 31 décembre de l’année 2005

Compagnons et compagnes bases d’appui de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, frères et sœurs de la Société Civile nationale et internationale, bonsoir à tous et à toutes.

Il est 11h50 heure sud orientale. Bienvenue à notre Caracol en résistance “Hacia un nuevo amanecer”. Une fois de plus nous nous réunissons hommes, femmes, fils, filles, jeunes et anciens, pour nous souvenir et célébrer le 12e anniversaire du soulèvement armé et aussi nous souvenir des compagnons tombés au combat en 1994. Soyez assez aimables de nous accompagner et respecter une minute de silence.

Ce sont 12 pas en avant à construire l’histoire et à rendre réelle cette transformation en lutte. Ces 12 années c’est aussi le travail pour fortifier et construire ce qu’il n‘y avait pas avant. Maintenant il y a l’espoir et la dignité des hommes, femmes, indigènes et non indigènes pour continuer à lutter dans la rébellion. Notre Caracol de résistance est le nom de la dignité, mais qui la compose se sont nous, ce sont ceux qui luttent, vivent et meurent. Nous, ceux de la dignité rebelle, sommes ceux qui la construisent et l’œuvrent et veillent à sa croissance.

Compagnons et compagnes bases d’appui de l’EZLN, pendant ses 12 années nous avons résisté aux attaques de tout genre. On nous a attaqué avec des balles, avec les tortures et les prisons, avec des mensonges, du mépris et de l’oubli, mais ici nous sommes et resterons les plus petits de cette Terre. Et ici nous continuerons à être zapatistes bien que le mauvais gouvernement ait voulu en finir avec nos municipes autonomes. Qu’attentif il écoute et attentif il voit ce qu’il ne veut pas voir, cette lutte a commencé et personne ne peut l’arrêter.

Frères et sœurs de la Société Civile, aujourd’hui nos cœurs sont heureux de partager avec vous et nous vous offrons le salut de l’espoir, parce que seulement ensemble et seulement comme des frères nous pouvons vraiment nous respecter et nous épauler, afin de montrer aux puissants de la couleur de l’argent et à ceux qui exploitent que dans le monde il y a beaucoup de cœurs qui se rassemblent, qui se soutiennent, qui s’unissent pour travailler aux choses communes en s’appuyant sur leurs luttes et en respectant leurs différences, pour construire ce nouveau monde où il y a de la place pour d’autres mondes.

Les vrais peuples ont semé différents travaux de façon autonome et ils travaillent comme les premiers peuples. Quand c’est la nouvelle lune comme maintenant, on sème pour avoir de bons fruits pour s’alimenter, de cette façon pour le futur.

L’autonomie a servi pour que les peuples construisent seuls leurs règlements, systèmes politique, économique, social et culturel. Nous voulons l’autonomie car nous voulons tous être pris en compte et de tout temps, pour que celui qui commande, commande en obéissant.

Les différentes autorités et les différentes commissions ont été nommées pour assurer le fonctionnement des municipes autonomes et l’Assemblée de Bon Gouvernement continuera à travailler. Il n’est pas nécessaire d’être zapatiste pour être reçu et respecté par les autorités de n’importe quelle partie de notre territoire autonome. Nous les zapatistes nous n’allons agresser personne des frères qui ne sont pas zapatistes. Nous serons respectueux avec tous nos frères indigènes peu importe leur organisation, leur parti, leur religion, à partir du moment où ils nous respectent. Et c’est le peuple lui même qui décide quand changer ou quitter la charge à un compagnon, mais aucun compagnon qui exerce une autorité de peut recevoir de salaire.

Frères et sœurs, l’Assemblée de Bon Gouvernement remercie ce village zapatiste, la Garrucha, vous remercie tous et toutes, hommes, femmes, fils, filles, jeunes et anciens qui nous apportez votre appui dans un grand effort pour ouvrir cet espace à cette réunion, qui continuez à vous organiser pour mener de l’avant notre lutte de révolutionnaires de compagnons de bases d’appui zapatiste, et merci aussi à la Société Civile Nationale et Internationale.

Frères et sœurs, nous n’avons rien d’autre à vous offrir que nos graines d’espoir, que nos cœurs dignes, indigènes et rebelles. Prenez-les pour continuer à disperser encore plus de graines parmi les différents peuples du monde. Liberté, justice et démocratie.

Vive le compagnon Sous Commandant Insurgé Marcos

Vive l’EZLN

Vive les peuples en résistance

Vive le Caracol en résistance “Hacia un nuevo amanecer”

Vive l’Assemblée de Bon Gouvernement « El camino del futuro »

Vive la Société Civile nationale et internationale

Vive le village la Garrucha

Vive les Comités Clandestins Révolutionnaires Indigènes

Vive les compagnons tombés au combat en 1994

Vive les municipes autonomes en résistance

Vive la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone

Vive l’autre campagne


http://enlacezapatista.ezln.org.mx/jbg/110/

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.