Accueil > Cinema > FILM - CUBA - Conducta [Chala, une enfance cubaine], d’Ernesto (...)

FILM - CUBA - Conducta [Chala, une enfance cubaine], d’Ernesto Daranas

Françoise Couëdel

mercredi 13 juillet 2016, mis en ligne par Françoise Couëdel

  • Cuba
  • Durée : 1h48
  • Sorties : janvier 2014 (Cuba) 23 mars 2016 (France)
  • Avec : Armando Valdés Freire, Alina Rodriguez, Silvia Águila, Yuliet Cruz et Armando Miguel Gómez

Chala, est un gamin de douze ans, un chenapan, un rebelle, il vit seul avec sa mère qui se drogue et se prostitue. Son père est peut-être Ignacio, ce voisin qui organise des combats de chiens clandestins. Chala est toujours prêt à relever des défis : esquiver un train qui arrive à grande vitesse, vaincre à la nage un copain en traversant la baie de La Havane, se bagarrer à la sortie de l’école et engager son chien dans des paris clandestins. Il est menacé d’expulsion de l’école publique et Raquel, l’inspectrice, tente de le placer dans une institution de redressement. Mais c’est sans compter avec Carmela, une institutrice que l’inspectrice pousse vers la retraite, qui le prend sous sa protection et qui, tout en lui manifestant affection et autorité, réussit à le protéger de la rigidité des normes bureaucratiques qu’incarne Raquel.

Sans sombrer dans le sentimentalisme qui nous amènerait à nous apitoyer sur le sort de ce gamin livré à lui-même, à admirer la patience à rude épreuve de Carmela, Ernesto Daranas s’attache à évoquer subtilement les difficultés économiques de certaines familles laissées pour compte, la rigidité du système qui exclut une gamine, Yeni, una palestina, qui vit à Holguín, hors de la carte scolaire de la capitale de l’île.

Le personnage de Carmela incarne les valeurs des débuts de la révolution, la priorité donnée à la mission éducative, sans discrimination sexiste ou raciale, que le régime a su maintenir en dépit des difficultés économiques, mais elle incarne aussi la résistance aux dérives autoritaires et bureaucratiques. Elle prend le risque, par exemple, d’autoriser une élève à mettre sur le mur de la classe une image de la Vierge de la Charité, sainte patronne de Cuba. De défendre Yeni contre l’autorité administrative, de sortir Chala des griffes de l’administration.

Chala, ce gamin rebelle, d’une vitalité extraordinaire, n’est pas un vrai dur : il est sensible à l’attention que lui porte Carmela, tente de sauver sa mère de l’addiction et surtout témoigne sa tendresse à Yeni, sa petite camarade de classe, victime du système, malgré ses brillants résultats.

Ernesto Daranas nous révèle une Havane que ne voient pas les touristes : des intérieurs délabrés, une frange de la population marginalisée, des services sociaux qui dysfonctionnent, un foyer sans père, une mère droguée, un voisin adepte des combats de chiens illégaux, la corruption de certains policiers mais le film ne sombre jamais dans le pessimisme.

Il témoigne de la vitalité des enfants, ces petits pionniers, dans leurs uniformes impeccables, que la scolarisation publique gratuite prémunit contre la délinquance et prépare à un avenir qu’il souhaite plus ouvert. Il nous laisse à penser que par leur dévouement, leurs convictions, certains acteurs du système scolaire, tels les militants de la première heure, ont encore la capacité de maintenir les acquis de la révolution.

Filmographie

Ernesto Daranas a réalisé des documentaires à contenu social. Conducta est son premier long métrage.

2004 : Los últimos gaiteiros de La Habana [Les derniers joueurs de biniou de La Havane]
2004 : La vida en rosa ? [La vie en rose ?]
2008 : Los dioses rotos [Les dieux cassés]
2014 : Conducta [Chala, une enfance cubaine]

Prix et récompenses

Accueilli avec beaucoup d’enthousiasme à Cuba le film a récolté de nombreuses récompenses.

  • Festival de cinéma latino-américain de La Havane : Meilleur Film et Meilleur Acteur : Armando Valdés
  • Festival international de Bogotá : Meilleur Film
  • 6e Festival de Valenciennes : Grand Prix, Prix d’interprétation masculine pour Armando Valdés, acteur non professionnel qui incarne Chala.
  • Festival Filmar en América Latina de Genève : Prix du Public, Meilleure Actrice : Alina Rodríguez qui incarne Carmela
  • Festival de Málaga : Prix du Public, Meilleure Actrice (Alina Rodríguez), Meilleur Film, Meilleur réalisateur
  • Festival international du Film de Pau : Prix du Public
  • Reflets du Cinéma ibérique et latino-américain de Lyon : Premier Prix du Public.
Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.